Faites part de votre mécontentement dès maintenant.

Contactez François Legault

Suggestion de message:

Monsieur Legault,

Le personnel en CPE a été négligé depuis plus d’une décennie.

Aujourd’hui, un écart considérable existe entre les salariées en CPE et ceux du secteur public.

Après plus de 18 mois de pandémie, il est temps de reconnaître toutes nos anges-gardiennes.

Monsieur Legault, c’est le temps de négocier pour tout le personnel en CPE.


PARTIE POUR PARTIR… OU PARTIE POUR RESTER?

Un message des intervenantes en centres de la petite enfance 

Un CPE, c’est comme une famille : les éducatrices ont besoin d’agente de soutien pédagogique et technique, de préposées et du personnel administratif pour les appuyer. Et c’est sans compter le rôle essentiel de la responsable en alimentation ! Chaque jour, elle doit composer avec des dizaines d’allergies et préparer des menus variés en concordance avec le Guide alimentaire canadien. Ces corps d’emploi ont besoin de valorisation puisqu’ils sont rémunérés de 20 % à 35 % moins dans bien des cas que leurs comparables dans le secteur public.

Accepter une hausse de 2 % par an, ça veut dire d’accepter que des salariées s’appauvrissent par rapport au coût de la vie qui augmente à un rythme soutenu.

Découvrez les solutions de la FIPEQ-CSQ pour la négociation.

Un modèle qui a fait ses preuves

Il y a 25 ans, le Québec a innové en créant un réseau public de services éducatifs à la petite enfance : les centres de la petite enfance (CPE). À tel point qu’il est devenu un modèle au Canada et même ailleurs dans le monde. Or, ce modèle bat de l’aile…

Nous sommes des intervenantes qui œuvrent en CPE et qui ont à cœur leur travail. Plus que tout, nous désirons donner le meilleur de nous-mêmes. Mais présentement, nous faisons face à un mur. Nous ne sommes plus en mesure d’accomplir nos tâches à la hauteur du niveau de professionnalisme qu’on nous reconnaît.

Nous en sommes rendues à vouloir déclencher la grève, et ce, à la grandeur du Québec.

Mais alors, quel est le problème? Comment pouvons-nous nous occuper encore mieux de nos enfants, de vos enfants? Quels sont nos besoins?

Les besoins des intervenantes

Besoin de temps

Le ministère de la Famille implante sans cesse de nouvelles réglementations. Prenons par exemple le dossier de l’enfant : nous devons remplir le portrait de l’enfant et rencontrer le parent deux fois par année. Mais, faute de temps, plusieurs accompliront cette tâche sur leur temps personnel. Il en va de même pour la planification pédagogique qui requiert un temps précieux.

 

Besoin de soutien

Plusieurs spécialités entrent en ligne de compte afin d’opérer adéquatement un CPE. Le personnel éducateur est secondé par différentes spécialistes (alimentation, soutien pédagogique, etc.), mais le manque de ressources fait en sorte que les éducatrices deviennent multitâches. Leur travail s’en trouve dilué. Sans parler de l’augmentation des enfants ayant des besoins particuliers et des mesures sanitaires. Nous avons besoin de soutien afin de donner à chaque enfant l’attention nécessaire à son épanouissement.

Besoin de reconnaissance

Actuellement, nous assistons à un exode important du personnel éducateur. Les salaires ne prennent pas compte des compétences requises et de la lourdeur des tâches. Résultat : des intervenantes désertent la profession et d’autres s’absentent pour invalidité. En ces temps de pénurie de main-d’œuvre, cette situation ne peut que dégénérer et avoir un effet négatif à moyen et long terme auprès des enfants.

 

Besoin de valorisation

La reconnaissance passe obligatoirement par la valorisation de la profession. En offrant des conditions de travail dignes de ce nom, cela nous permettra d’accomplir et d’exercer notre profession avec fierté et dignité. Cette valorisation aura un effet de rétention du personnel et de stabilité auprès des tout-petits et revêt une importance capitale pour leur bien-être et leur épanouissement.

Les avantages des CPE

Abordable

Il en coûte 40 % plus cher pour un service de garde éducatif non subventionné, soit 13,82 $ en moyenne par jour comparativement à 8,35 $ pour un service de garde éducatif subventionné tel qu’un CPE. Payer plus cher pour un service de garde éducatif à la petite enfance n’est pas un gage de qualité. Par ailleurs, les CPE bénéficient de plusieurs allocations du ministère (poupons, enfants ayant des besoins particuliers, milieux défavorisés, etc.).

 

Personnel formé et spécialisé

Les CPE attirent des professionnelles qualifiées. Éducatrices spécialisées, préposées, responsables de l’alimentation, agentes de soutien pédagogique et technique forment l’essentiel du personnel d’un CPE. Pour être qualifiée, une éducatrice doit détenir un diplôme d’études collégiales en techniques d’éducation à l’enfance ou toute autre équivalence reconnue par le ministère de la Famille.

Mission humaine et éducative

La mission d’une éducatrice est de favoriser le développement harmonieux de l’enfant. Elle mettra en place différentes actions pour son développement physique et moteur ainsi que son développement cognitif, langagier, social et affectif. Le matin, elle accueillera votre enfant avec le sourire, s’informera sur son bien-être et créera une relation basée sur la confiance. L’enfant se sentira accueilli et en sécurité.

Mission sociale

Les CPE sont des organismes sans but lucratif à mission sociale. Ils sont administrés non pas par un propriétaire unique dont le but est de faire du profit comme dans les garderies privées, mais par un conseil d’administration. Si l’organisme engendre un surplus, celui-ci est réinvesti dans la mission éducative du CPE. Les parents y ont droit de regard, car ils occupent les 2/3 des sièges au Conseil d’administration.

Moteur économique

Le réseau des CPE contribue à porter l’économie du Québec. Il permet aux parents, surtout aux mères, de demeurer sur le marché du travail et d’être indépendants financièrement. Il constitue le premier maillon du réseau de l’éducation dans ce qui s’avère être des années cruciales pour le développement harmonieux des tout-petits.

Services aux enfants ayant des besoins particuliers

Savez-vous que seuls les services éducatifs subventionnés par l’État, dont font partie les CPE, peuvent avoir accès à la subvention gouvernementale qui est destinée aux enfants ayant des besoins particuliers? Avec celle-ci, le service éducatif en CPE est en mesure d’offrir du soutien matériel et professionnel personnalisé à l’enfant ayant des besoins particuliers, ce qui lui permet de développer son plein potentiel.

Aujourd’hui, nous faisons font face à un choix déchirant : partir ou rester. Pourtant, nous savons qu’un exode accru de l’ensemble des intervenantes ne fera qu’empirer le problème. Dans le fond de notre cœur, nous voulons rester. Nous sommes des passionnées qui adorent les enfants.

Voilà pourquoi nous sollicitons votre aide. En fait, ce que nous demandons aux parents du Québec est simple : nous vous demandons simplement d’être compréhensifs. Nous envisageons de faire la grève et nous avons besoin de votre appui, sachant les désagréments que cela peut vous causer. Faire la grève sera toujours une solution de dernier recours.